Broadway: On a testé : les communications mission critical par-delà les frontières nationales

Mission critical  communicatie over de landsgrenzen heen

Les services de secours et de sécurité européens pourront-ils coopérer plus facilement à l’avenir via les réseaux 4G/5G ? Les solutions techniques développées par Airbus et Frequentis dans le cadre de BroadWay ont passé leur baptême du feu lors de trois essais sur le terrain.

La Croix-Rouge bavaroise avait élaboré trois scénarios : un feu de forêt à Ljubljana (Slovénie), une poursuite de trafiquants de drogue à Kerkrade (Pays-Bas) et le naufrage d’un ferry à Malaga (Espagne) : trois scénarios plausibles dans lesquels la coopération entre services de secours et de sécurité de plusieurs pays est souhaitable, voire indispensable

Situation actuelle
Le test de Kerkrade illustrait parfaitement la nécessité des communications transfrontalières. Kerkrade se situe dans une partie étroite des Pays-Bas, entre la Belgique et l’Allemagne. Dès qu’un incident s’y produit et qu’il faut opérer dans un rayon d’action de 10 km, on travaille dans trois pays. ‘Dans ce type d’opération, on se heurte aujourd’hui à deux obstacles majeurs’, explique Stan Dossche, TeamLeader Product Development chez ASTRID ‘Les équipements utilisés dans le pays d’origine pour les communications mission critical, à savoir la radio TETRA, ne fonctionnent pas sur un réseau étranger. En outre, un utilisateur ne peut pas être ajouté à un groupe avec des utilisateurs d’autres pays. Aujourd’hui, les services de secours cherchent eux-mêmes des solutions pour pouvoir continuer à coopérer. Par exemple, en mettant les radios de deux pays dos à dos ou en échangeant des radios. Mais ces solutions de fortune ont leurs limites.

Action internationale
Dans le cadre du projet européen BroadWay, les consortiums emmenés par Airbus et Frequentis sont apparus comme les meilleurs candidats à l’issue de la procédure de sélection. Ils ont développé chacun une solution technique qui pourrait interconnecter les futurs services 4G/5G pour la sécurité publique des différents pays européens. Dans chaque cas, de nombreuses personnes de différents pays européens ont participé aux essais pratiques. Le comité de validation technique (CVT) réunissant des représentants des onze pays associés au projet BroadWay était présent pour évaluer les performances techniques des systèmes. Pour la Belgique, Stan Dossche et Alexis Nootens d’ASTRID siègent au sein de ce comité. Des dispatchers de plusieurs pays étaient également présents. Lors des essais, ils se trouvaient physiquement dans la même pièce mais travaillaient séparément à des postes distincts. Et bien sûr, il y avait des effectifs des différents services de secours et de sécurité des pays participants qui devaient mettre les scénarios en pratique. Au total, il s’agissait d’une centaine de participants.

Mission critical  communicatie over de landsgrenzen heen

Essai pratique à Kerkrade
Stan Dossche : ‘Avant d’exécuter un scénario, les consortiums ont eu le temps de briefer les exécutants pour les familiariser avec le smartphone et l’application y afférente. Comment fonctionne le push-to-talk sur cet appareil ? Comment transférer des photos et des vidéos ? Les dispatchers ont également été formés pour rallier les groupes de communication et suivre les communications. Les participants se sont ensuite attaqués au scénario proprement dit. Stan Dossche était L 32 TRAVAUX EN COURS SWITCH 33 de la partie à Kerkrade. ‘Un véhicule néerlandais, supposé transporter de la drogue, avec quatre individus à bord est parti de l’abbaye de Kerkrade où tous les participants étaient réunis. Cinq autres voitures l’ont alors pris en chasse. L’une d’entre elles était un vrai véhicule de police des forces de l’ordre néerlandaises. À bord des autres voitures se trouvaient des représentants des polices allemande, néerlandaise et belge. Partis ensemble de Kerkrade aux Pays-Bas, ils ont traversé la frontière avec l’Allemagne, se sont rendus en Belgique, puis retour aux Pays-Bas. Pendant le trajet, plusieurs éléments ont été testés. Pouvaient-ils continuer à communiquer avec les groupes du pays d’origine ? La délégation néerlandaise pouvait-elle communiquer en Allemagne avec la police allemande ? Les groupes des différents pays pouvaient-ils communiquer entre eux où qu’ils se trouvent ? À quelle interruption de service ont-ils été confrontés en franchissant une frontière nationale ?

Feed-back
Une fois l’exercice terminé, les participants ont fait part de leur expérience sur le terrain à l’aide d’un questionnaire. ‘Une observation récurrente était que les smartphones et les accessoires étaient inadéquats : pas assez robustes, pas pratiques pour travailler en mains libres, etc. Ce qui est tout à fait exact.’, reconnaît Stan Dossche. ‘Avant d’envoyer des gens sur le terrain avec un nouvel équipement, sa mise en service nécessite encore énormément de travail. Mais dans cette phase, c’est surtout l’architecture du système proprement dit qui devait être testée. Les solutions sont-elles prêtes à être utilisées ? Non, c’est encore trop tôt. Nous n’échapperons certainement pas aux maladies de jeunesse et il faut encore procéder à l’évaluation définitive. Nous avons cependant prouvé qu’un tel système transfrontalier est techniquement réalisable. C’était le point essentiel dans cette phase.'

Et pour la suite ?
Parallèlement à la fin du projet BroadWay, un groupe de travail a été mis en place pour définir la suite des événements: BroadNet Preparation. Des décideurs politiques des différents pays désireux de faire partie du BroadNet européen siègent au sein de ce groupe. Ils entreprendront les démarches suivantes au niveau européen. ‘Frequentis et Airbus ne seront pas forcément les fournisseurs du nouveau système’, explique Alexis Nootens, Product Owner chez ASTRID. ‘Mais s’ils soumissionnent, ils auront évidemment une longueur d’avance technique considérable sur les autres candidats. Aujourd’hui, pratiquement tous les pays européens planchent sur le développement de leur propre solution haut débit mission critical. Comment ces différentes solutions nationales s’intègrent-elles dans un réseau européen  ? ‘BroadNet devra être un système ouvert et normalisé auquel tous les pays européens pourront connecter leur propre solution mission critical’, explique Alexis Nootens. ‘À l’inverse, il incombera également à chaque pays d’opter pour une solution de communication mission critical ouverte et normalisée de façon à pouvoir la connecter facilement à BroadNet. C’est une responsabilité mutuelle.’

Optimisme
‘Il reste encore un long chemin à parcourir avant que l’interconnectivité des futurs services mission critical entre les pays européens ne devienne une réalité’, conclut Stan Dossche. ‘L’une des grandes questions que BroadNet devra encore clarifier est celle de la ‘gouvernance’, par exemple. Qui sera responsable du réseau à large bande paneuropéen ? Faut-il créer une nouvelle agence européenne chargée de sa gestion ? Au niveau des groupes de communication également se posera la question de savoir qui décide des groupes à créer et des procédures à suivre. Il n’existe pas encore de cadre légal en la matière. Néanmoins, cette dernière phase de BroadWay constitue un fameux bond en avant. Et pas seulement sur le plan technique. Une étincelle a également jailli parmi tous les participants qui, avec leurs collègues des autres pays, ont perçu la dynamique. L’heure est venue de mettre ce projet européen sur les rails. Yes, we can!'

Newsletter background
Recevoir l'E-zine

Abonnez-vous à notre e-zine et restez informé(e). Vous le recevez dans votre boîte mail.

switch achtergrond
SWITCH FR cover 45 ASTRID
SWITCH Magazine

Le magazine trimestriel d’ASTRID vous informe de l’évolution des services, des expériences de terrain et des nouveautés technologiques.