A Verviers, les gardiens de la paix se réjouissent d’être entrés dans la boucle ASTRID

Yannick Leclercq, coordinateur des gardiens de la paix à Verviers

Stadswachten Verviers, ASTRID

Depuis 2017, les gardiens de la paix de Verviers disposent d’un canal de communication ASTRID, le canal P2, qu’ils utilisent entre eux ou avec la zone de police de Vesdre. Yannick Leclercq, coordinateur des gardiens de la paix, nous en parle.

Stadswachten les gardiens de la paix  Verviers ASTRID

Pourquoi avez-vous souhaité bénéficier de cet outil ?
Entre gardiens de la paix, utiliser ce canal est un confort incomparable par rapport aux GSM. Au lieu de communiquer avec une seule personne, vous atteignez tous vos collègues, qui peuvent donner l’information dont vous avez besoin, ou intervenir plus rapidement si l’un d’entre eux est en train de gérer une situation difficile, par exemple. On gagne en temps et en efficacité. Par ailleurs, les gardiens de la paix ont des liens privilégiés avec les habitants, avec des échanges parfois plus personnels, une relation de confiance. Nous sommes donc « des yeux et des oreilles », et disposons d’informations qui peuvent être utiles à la police. Je voulais donc faciliter la communication et devenir un maillon de la chaîne.

Dans quel cadre utilisez-vous le plus souvent les radios ASTRID ?
Hors période Covid, nous l’utilisons beaucoup pour l’évènementiel : pendant des festivals, des fêtes de quartier, des brocantes, des joggings, qui nécessitent un dispositif de prévention et de sécurité. Avec le contexte terroriste ces dernières années, la zone de police de Vesdre et la commune avaient en effet mis en place des consignes particulières, comme les fouilles de sacs, ou le cadenassage d’un périmètre. La communication entre gardiens de la paix et police était donc essentielle. Mais nous utilisons aussi ce canal entre gardiens de la paix, pour les petites interventions du quotidien.

Pouvez-vous nous donner un exemple concret de l’utilisation d’ASTRID au quotidien ?
C’est très pratique dans le cadre de la sortie des écoles. S’il y a deux passages piétons un peu éloignés, on se coordonne entre nous : on sécurise le périmètre, les élèves traversent, et on fluidifie la circulation sans cacophonie, en s’ajustant en fonction des aléas, comme un camion qui se gare et bloque la circulation, etc.

La mise en place de cette collaboration s’est-elle faite facilement ?
Il a fallu un peu de temps pour que tout le monde soit convaincu de l’utilité du système. Il y avait des interrogations de part et d’autre. Utiliser ASTRID implique de travailler avec d’autres acteurs, d’apprendre à être à l’écoute. Il a fallu trouver un équilibre, poser des règles, établir une relation de confiance. A l’usage, les liens entre les différents acteurs se sont renforcés, et maintenant, chacun y a trouvé son intérêt. Le pari est réussi.

Newsletter background
Recevoir l'E-zine

Abonnez-vous à notre e-zine et restez informé(e). Vous le recevez dans votre boîte mail.

switch achtergrond
SWITCH FR cover 45 ASTRID
SWITCH Magazine

Le magazine trimestriel d’ASTRID vous informe de l’évolution des services, des expériences de terrain et des nouveautés technologiques.